Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avec la police , Cannes gagne la palme de l'absurde du Coronavirus

Une dizaine de policiers en rang d’oignons alors qu’ils sont censés lutter contre les rassemblements. C’est sans aucun doute l’image la plus absurde vue sur le confinement imposé par le Coronavirus. C’était au journal de 13 heures de France 2, ce  lundi 23 mars, présenté par Jean-Baptiste Marteau. Dans le cadre du couvre-feu instauré dans certaines communes, un reportage est consacré à Cannes, la ville des festivals, qui en respectant  l'arrêté préfectoral comme dans toutes les Alpes-Maritimes. interdit de sortir de chez soi entre 22 heures et 5 heures du matin. Des équipes de la police nationale et municipale sont alors filmées en pleine action appliquant la tolérance zéro. L’absurdité des contrôles saute aux yeux des téléspectateurs sans que le grand reporter qu’est Didier Brignand, qui a signé le reportage, ne fasse la moindre remarque, une complaisance pour le moins suspecte pour un journaliste. On voit ainsi un policier palper un homme avec des gants qui n’ont visiblement pas été désinfectés et qui peuvent transmettre le virus.  Un autre se saisit de "l'attestation de déplacement" que lui tend une femme alors que le 15 mars, lors du premier tour des élections, il était interdit au président du bureau de vote et aux assesseurs de prendre dans les mains, même gantées, la moindre pièce d’identité ou les procurations. Puis, dans les quartiers excentrés les policiers arrêtent quatre jeunes qui rentraient tranquillement chez eux, et les palpent encore, touchent leurs papiers, sans respect de l’hygiène imposée par la lutte contre le Coronavirus. On croit rêver d’autant que le capitaine Grégory Walter, (surnommé le "capiatine" en incrustation sur l’image par France 2) nous laisse pantois vu la pertinence de ses propos à l’image de sa longue barbe légionnaire : "Là, vous êtes en train de marcher dehors, donc vous êtes en train de vous déplacer… " lance-t-il avec la logique du ridicule que n’aurait pas renié La Palice, devant les jeunes médusés qui se demandent s’ils ne sont pas embarqués dans une scène d’une caméra cachée. Mais le comble de la maladresse, si ce n’est de l’ignorance ou de l’incompétence, est atteint lorsqu’on voit les mêmes policiers, alors chargés de lutter contre les rassemblements, se rassembler eux-mêmes devant l'hôpital de Cannes,  certes  pour un clap hommage au personnel soignant, mais alignés les uns à côté des autres montrant que pour eux il n’existe aucun respect des distances de sécurité, il est vrai bafoué lorsqu'ils patrouillent en voiture. Mais pour des policiers censés montrer l'exemple, est-il nécessaire de s’exhiber ainsi surtout devant les caméras de France 2 ? Sans aucun doute, si Cannes aura cette année le festival du film reporté, en tout cas il a déjà gagné avec ses policiers la palme de l'absurde.

vin’Ka

 

Tag(s) : #Couvre-feu Coronavirus, #Cannes, #France 2, #Didier Brignand, #Police municipale Cannes, #Gregory Walter Cannes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :