Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Résultats premier tour aux municipales 2020 à Paris dans le XVIe, Claude Goasguen. Claude Goasguen déçu des résultats des muncipales 2020 à Paris dans le XVIe

En tête des suffrages avec 47,80% des voix, les Républicains ont raflé la mise, dimanche 15 mars 2020 au premier tour des municipales dans le XVIe à Paris. Pourtant, Claude Goasguen n’avait pas la flamme des grands soirs. Rencontré lors de la soirée des résultats dans le salon VIP à la mairie, l’ancien maire et député charismatique cachait mal sa déception faisant la moue « C’est moyen » déclara-t-il déçu que la liste des Républicains menée par Francis Szpiner "Engagés pour changer Paris avec Rachida Dati" n'ait pas été élue au premier tour comme lui le fut si souvent. Il faut dire que nombre d’électeurs qui apprécient la générosité de Claude Goasguen ont peut-être fait un rejet contre la star du barreau qu'est Francis Szpiner parachuté en tête de liste LR dans l’arrondissement au dernier moment reléguant Claude Goasguen à la troisième place. La pilule pour beaucoup a eu du mal a passer. « Szpiner ne sera jamais présent, il ne va pas lâcher ses affaires, avec lui les administrés vont être cocus et c’est la deuxième de liste, la conseillère régionale Béatrice Lecouturier qui va régner» entendait-on ici et là. Mais, comme il est difficile de faire sa propre auto-critique du côté des Républicains, le mécontentement de n’avoir pas passé la barre des 50% se reportait surtout sur les dissidents LR telle l’audacieuse sénatrice Céline Boulay-Espéronnier qui a décroché tout de même 5,24% des voix battant la maire sortante Danièle Giazzi qui n’a obtenu que 3,28% et ne peut même pas rester au deuxième tour et fusionner.

Et tandis que Francis Szpiner filait à l’anglaise dans les bureaux pour peaufiner les résultats, que l’homme à tout faire de la mairie, l’indispensable paroissien en noir et très efficace Jérémy Redler donnait des ordres afin que personne n’entre dans le carré VIP, Claude Goasguen se demandait un peu plus tard s’il y aura bel et bien un deuxième tour à cause de la pagaille du Coronavirus. Il s’interrogeait surtout de savoir si les résultats allaient être gardés,  car pour lui : « Il n’y aurait rien de plus terrible que d’avoir fait un score pour rien ». 

En tout cas, du côté des Marcheurs, on ne perdait pas le Nord. Dans une salle attenante, au buffet plus populaire, ils étaient tous en ordre de marche, même si personne n'aurait pu dire qui est qui, sauf avec Patrick Olson, le Marcheur de la Ière heure, et la très professionnelle Valérie Bougault-Delage qui en 2017 avait failli remporter la législature face à Claude Goasguen et qu'on a évincée au profit des « copines à Macron ». Curieusement, la candidate en tête de liste LaREM, Hanna Sebbah, marquait cruellement la soirée par son absence sans doute visiblement désabusé par le score de 23,56%, ce qui est pourtant si on sait bien compter sans chichis, une belle victoire compte tenu du contexte avec le bashing contre la Macronie plombée par l’histoire des retraites. Pourtant, rien n’est joué pour LaREM. Tout est possible. D'abord si les Marcheurs font alliance avec Anne Sophie Coppin, tête de liste de Cédric Villani, qui a obtenu 5,56% et doit fusionner pour ne pas disparaître. Ensuite, ils peuvent récupérer une partie des voix des écologistes avec les 3,97%  suffrages de Muriel Fuzi qui n’a pas obtenu la barre de 5% pour avoir le droit de fusionner avec la préfète de Mitterrand, la socialiste Béatrice Marre qui avec ses 8,05% ne peut pas se présenter au second tour, sauf si elle fusionne. Mais avec qui ?  Peut-être avec les Marcheurs, correspondant aux accords locaux annoncés par Agnès Buzyn arrivé en troisième position sur l'ensemble de Paris. Et si l’on fait le total,  les Marcheurs pourraient espérer au moins 40% si ce n’est plus sans oublier les abstentionnistes qui comme aux Européennes pourraient au dernier moment se mobiliser. Aussi, on comprend mieux la réserve de Claude Goasguen, car en politique rien n’est figé d'autant que nombre de militants et supporters de Céline Boulay-Espéronnier ne voteront plus jamais pour lui vu les incidents au marché Molitor avec des supporters de la sénatrice qui se sont vus traiter de "sales merdes". Cela fait donc en gros 47 pour les Républicains contre 45 pour les Marcheurs. Le suspense reste entier. Sans oublier les "miettes", les voix de Bernard Atlan du Rassemblement National, éliminé avec seulement 1, 15 % tout comme Philippe de Boucaud tête de liste de Marcel Campion avec un score de 0,55%. Tournez manèges !...      

Kävin'Ka 

 

 

 

 

 

 


 

 

Tag(s) : #Résultats municipales dans le XVIe à Paris, #Claude Goasguen, #Les Républicains, #Francis Szpiner, #Rachida Dati, #Valérie Bougault-Delage, #Mairie du 16E, #Jéremy Redler, #Hanna Sebbah, #Céline Boulay Espéronnier, #Muriel Fuzi, #Anne-Sophie Coppin, #Béatrice Marre, #Béatrice Lecouturier
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :