Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Les bras croisés. La désinvolture posture d'Hanna Sebbah, candidate LREM dans le XVIe aux municipales 2020
Les abattis en accoudoir...

Les bras croisés !... Hanna  Sebbah, la tête de liste LREM dans le XVIe arrondissement à Paris pour les municipales se la joue désinvolte sur ses clichés de campagne distribués à la presse et qu'ont repris nombre de médias tel le Parisien (voir ci-dessous). Les abattis en accoudoir, et un tee-shirt manches longues, on dirait plus une étudiante qu'une femme d'affaires. Qu'importe ! Elue à l'âge de 24 ans et maire adjointe du XVIe, cette directrice associée chez Havas d'une trentaine d'années a déjà la tête solide pour gérer une mairie et c'est sans doute pour cacher qu'elle a "du poil aux bras" (qu'elle est forte et courageuse comme on dit familièrement) qu'elle a choisi cette tenue et cette pose. Ses détracteurs diront surtout que ses bras croisés évoquent qu'elle n'a pas fait grand chose à la mairie du XVIe en temps que maire adjointe chargé de la vie associative et des quartiers. C'est vrai que le définition de "rester les bras croisés" n'est autre que "rester inactif, ne rien faire...". Mais pour Hanna Sebbah pas besoin de faire des effets de manche, de l'esbrouffe emphatique pour impressionner, comme le parachuté LR, l'avocat Francis Szpiner. L'important pour elle, c'est le contact avec les gens, préférant ainsi de petites réunions de quartiers plutôt qu'un grand meeting pour travailler et imposer ses idées. Aussi, le sérieux de sa candidature ne fait aucun doute même si n'importe quel sous-chef de supermarché bougonnera qu'il ne faut pas croiser les bras devant la clientèle. Certes, la communication autour d'Hanna Sebbah pilotée par le très dynamique Gilles Widawski aurait pu choisir une photo plus "sérieuse" pour rassurer les vieux habitants de l'arrondissement surtout en ces temps difficiles pour tous ceux qui soutiennent l'action du gouvernement de Macron bien malmenée avec la réforme des retraites. Mais, il a été privilégié le naturel comme dans la vraie vie. Et que n'aurait-on pas dit s'il avait été choisi pour les affiches cet autre cliché d'Hanna Sebbah encore plus nature publié sur son Facebook datant de 2018 où on la voit vêtue du tee-shirt blanc de la Marche des Fiertés (la gay pride parisienne) flanquée d'un immense coeur rouge  sur la joue ? Photo que la candidate en Marche a elle- même envoyé à Tëtu, le fameux magazine gay, pour montrer qu'elle n'est pas homophobe.

Hanna Sebbah, candidate LREM à la mairie du XVIe. Un jour contre les homos, un autre jour pour. La désinvolture posture d'Hanna Sebbah, candidate LREM dans le XVIe aux municipales 2020
Photo envoyée à Têtu...

Certains affirmeront qu'Hanna Sebbah fait partie de cette classe politique qui retourne facilement sa veste. C'est oublier qu'elle a des convictions et ne veut pas suivre ceux qui s'acoquinent avec des extrêmes comme c'est le cas avec Francis Szpiner, le candidat LR officiel soutenu par François Baroin qui prône le rapprochement avec le Rassemblement National. Elue en 2014 sur la liste du charismatique Claude Goasguen (UMP devenu LR en 2015), elle a rejoint ainsi tous ceux qui ont quitté Les Républicains pour suivre Macron. Sa candidature comme le souligne Le Parisien "confirme un peu plus les divisions de la droite dans cet arrondissement alors que Les Républicains ont désigné le 18 décembre le député Claude Goasguen comme tête de liste".  Jusqu'à ce que celui-ci soit évincé au dernier moment et après de sombres magouilles par l'avocat médiatique Francis Szpiner qui, dit-on déjà en coulisses serait, s'il est élu, un "maire absent" car il n'est pas question pour lui de lâcher ses affaires juteuses en tant qu'avocat.  

Tout cela au grand dam, il faut l'avouer, de la maire LR sortante, Danièle Giazzi, qui déçue de n'avoir pas eu l'investiture LR a décidé qu'elle serait tout de même candidate à sa réélection  "quoiqu'il arrive" rejointe depuis par l'ancien ministre Philippe Douste-Blazy en deuxième position sur sa liste, qui déjà fait rire tous ceux qui connaissent ses nombreuses bourdes notamment en tant que ministre des Affaires Etrangères. http://kavinka.over-blog.com/2020/02/paris-2020-philippe-douste-blazy-l-apparition-miraculeuse-du-condorsay-dans-le-xvie.html. Une légitimité toutefois très relative pour Daniele Giazzi qui avait été élue, non pas par choix réel des électeurs, mais suite au départ de Claude Goasguen qui, à son grand regret, fut obligé de laisser son fauteuil de maire pour cause de cumul de mandat après sa réélection comme député battant in extremis la candidate LREM, Valérie Bougault-Delage, qui, soit-dit en passant, aurait dû être choisie comme tête de liste des Marcheurs pour briguer la mairie du XVIe. En politique, on ne gagne pas toujours du premier coup.

Ķāvin'Ka

Hanna Sebbah, l'affiche de la campage. La désinvolture posture d'Hanna Sebbah, candidate LREM dans le XVIe aux municipales 2020

 

Hannah Sebbah, candidate LREM pour être le nouveau maire du XVIe à Paris. Hannah Sebbah tête de liste LREM dans le XVIe pour Benjamin Griveaux

 

 

Tag(s) : #Actualités, #Municipales à Paris, #Benjamin Griveaux, #Tête de liste LREM XVIe à Paris, #Gilles Widawski, #Claude Goasguen, #Daniele Giazzi, #Valérie Bougault-Delage, #Hanna Sebbah
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :