Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Benjamin Griveaux. Une galette pour oublier l'assaut des Gilets Jaunes. Benjamin Griveaux.le porte-parole du gouvernement tire les rois

Une galette ? Rien de mieux pour Benjamin Griveaux afin d'oublier ceux qui en manquent et ont pris d'assaut son ministère, samedi dernier, lors de l'Acte 8 des gilets jaunes. Le porte-parole du gouvernement est ainsi invité aujourd'hui à tirer les rois avec la République en Marche du très chic 16ème de Paris, le collectif de LaREM I6 avec le redondant référent Gilles Widawski, et ce dans un bar lounge près de l'avenue Foch. Au moins avec ces Marcheurs là, Benjamin Griveaux sera en bonne compagnie. C'est sûr personne ne va se moquer de son exfiltration, samedi, pour échapper aux révolutionnaires jaunes fuyant dans la précipitation avec son directeur de cabinet à travers les jardins de ses luxueux bureaux, rue de Grenelle, évoquant cette fuite des nobles pendant la Révolution, ce qui est tout de même croustillant pour quelqu'un qui a commencé sa carrière en tenant la chandelle à DSK allant, selon Wikipédia, pendant la présidence de Hollande, qu'il a soutenu avant de le trahir pour Macron, être payé de la coquette somme de 17.000€ par mois par Unibail-Rodamco. Sa mission ? Contrôler tout parlementaire tenté d'abolir les niches fiscales du premier groupe immobilier au monde. " Ce n'est pas moi qui était attaqué, c'est la République, les institutions, la forme démocratique du gouvernement" a lancé Benjamin Griveaux commentant à chaud l'assaut sur France 2, sans se rendre compte que ses actions, son comportement personnel cristallisent cette République mise à bas par la France d'en haut symbolisant avec Macron, "l'arrogance du gouvernement" perché d'un pinçant et hautain "mépris social" comme le précise encore Wikipédia (c'est tout dire) rappelant comment il avait qualifié Laurent Wauquiez de "candidat des gens qui fument des clopes et roulent au diesel". Une honte. 

Le roi de la gaffe

Ajoutons, c'est sûr, lors de cette galette de LaREM 16, personne ne va encore s'aventurer à sous-entendre encore que Griveaux enchaine les bourdes et les cafouillages s'en prenant fermement aux journalistes qui remarquent ses erreurs. D'ailleurs s'il obtient la fève il pourra carrément être sacré "Roi de la gaffe" tandis que résonnera encore "Vive le son, vive le son..." sur un air de Carmagnole des événements du week-end de cette jaunisse qui n'en finit pas. Quoiqu'il en soit, le "Roi de la gaffe" pourra alors choisir pour reine, Valérie Bougault Delage, la candidate malheureuse En Marche à la députation de l'arrondissement. A moins qu'il fasse moderne et choisisse un prince "qu'on sort" du rang, Gilles Widawski, le référent du collectif LaREM 16, qui a encore la foi en la Macronie et se vante dans l'invitation pour la galette que quarantaine personnes les ont rejoints en décembre ce qui franchement est relativement peu pour le quartier bourgeois de Paris au coeur des affromtements des gilets jaunes. Et Widawski de se féliciter qu'il y a même une mamie de 67 ans, c'est tout dire de la jeunesse des Marcheurs, sans préciser toutefois combien ont préféré passer l'éponge, car tout simplement ils ne croient plus en Macron. Il est vrai comme le dit Woody Allen "Quand vous êtes mort, et que quelqu'un crie "debout là-dedans", c'est difficile d'enfiler ses pantoufles…"

Kävin'Ka

Tag(s) : #Actualités, #Gilets jaunes, #Benjamin Griveaux, #La République en Marche, #LaREM 16
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :