Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wilfrid Minatchy Point of view

 

Stupeur aux Hivernales de Montreuil. L'art n'y est pas simplement vivant mais carrément hot ! Parmi la centaine d'artistes contemporains regroupés au Palais des Congrès, j'étais venu voir le stand de Julie H.Birenbaum dont « La défense » vous entraine dans le surnaturel, une invitation à l’évasion, mais j’avoue que ma surprise fut d’une autre nature avec des frissons bien plus polissons dans cette ville de Domnique Voynet. C’était juste au-dessus dans la « Section X » ouverte au vent des voyeurs. En y pénétrant, je croyais que cela allait être tout à fait basique dans le nu, telle cette œuvre sado-maso de Tristan Maréchal, mais j'avoue que comme nombre de visiteurs je fus carréement scotché par un immense dessin d'une fellation, le « P.O.V 01 » (point of view) de Wilfrid Minatchy, dont le réalisme ne manquait pas de titiller l’inconscient du plaisir absolu, celui dont les hommes raffolent, d’autant que l’exécutrice testamentaire de la scène, pour l’occasion une femme, semblait y prendre un plaisir certain alors que généralement la gente féminine n’est pas tout à fait à l’aise dans cette pratique. « La sensibilité est la seule chose solide que nous puissions avoir au-delà de toute raison » affirme Minatchy sur le forum des Hivernales lui qui, originaire de la Réunion, pour restituer la sensualité de l'action tel un graffiti de toilettes publiques romaines, a utilisé la technique de la mine de plomb avec différentes nuances de gris mélangées au noir profond de la pierre noire, également employée, ce qui donne à l’ensemble un réalisme saisissant du gland en érection à l’amour dans la bouche.

« La section X manque de mauvais goût pour être au top »affirme Alin Avila, le délégué général de l’exposition qui estime que le nu afin de décoller doit aller encore plus loin. Ce qui ne manque pas d'un certain piquant d'autant que cette « turlute » des Hivernales a été accrochée à côté d'une autre invitation picturale au sexe oral, un cunnilingus visuel très osé, celui d’un gros plan en couleur d’une vulve féminine, le « Nu 1-2005 » d’Ely 3 (Elie Jaoui). Dans cette huile sur toile, l’artiste de Sainte-Savine habitué à détourner des œuvres d’artistes célèbres a ainsi repris le légendaire tableau de Gustave Courbet exposé au Musée d’Orsay, sauf que cette fois l’Origine du monde a été complétement rasée dévoilant entièrement l’entrée du vagin avec ses grandes et petites lèvres  Un véritable cours d’anatomie qui ferait passer les après-midis coquins de Brigitte Lahaie sur RMC pour du macramé à l'heure du thé.

Ceci dit, la « Section X » Hivernales révèle encore d'autres perles érotiques telle « La vie en rose » de Rosine Cavalié, un couple nu enlacé dont l’homme, un joli barbu, somnole la tête posée sur une poitrine accueillante. Il semble indolent comme son long sexe endormi et non circoncis au grand désespoir de sa femme dont les yeux grands ouverts trahissent un découragement certain. Et il ne faudra pas terminer la visite inavouable sans regarder dans le trou de la serrure d’une cage à oiseaux voilée de rouge contenant une autre fellation en terre cuite qu’on pense attribuée encore à Elie Jaoui vu le nombre de cartes de visite trainant à côté. L’insolite voilière trône majestueusement tel un phare des bonnes mœurs devant les « Bidulos » de François Lautissier, un enchevêtrement d’abstraction géométrique de corps et de sexes en version cubisme sauf que là, comme le souligne un visiteur anonyme au regard pervers : « Face à un Picasso, c’est bien moins cher ! ».  

Kävin’Ka

 

 

Les Hivernales de Montreuil. Jusqu’au 11 novembre 2013, Palais de Congrès, 128 rue de Paris, 93300 Montreuil. Métro : Robespierre

 

Ely-3--Elie-Jaoui-_Nu-1-2005.jpg

 

 

Rosine-Cavalie_-La-vie-en-rose-1.jpgFrancois-Lautissier--Les-Bidulos-.jpgFrancois-Lautissier-Les-Bidulos.jpg

 

Tristan-Marechal.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #societe

Partager cet article

Repost 0