Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hervé MaritonLa presse ne manque pas de raffinement. En ce matin du 4 mai 2013 en découvrant « M », le magazine du « Monde » évidement celui qu'on « aime » vu son nom, certains ont dû apprécier la subtilité du costard taillé sur mesure au député UMP, Hervé Mariton, qui s’est illustré par sa virulence contre le Mariage Pour Tous.

De prime abord, on pourrait croire élogieuse la pleine page consacrée à l’élu de la Drôme. On le voit en Saint Just de la vertu drapé de son écharpe tricolore d’autant qu'il est placé à côté d’une pub agressive pour motos Ducati d’un rouge flamboyant. Entre le parlementaire et les bolides, on ne sait pas qui va rugir. Mais en s’attardant sur l’article, la première impression change vite. Oh certes, on ne dira pas que le Mariton a une bouche en cul de poule même si l’instantané du cliché l’a figé ainsi avec, pour appuyer l’effet, un intertitre « œcuménique » placé judicieusement au niveau des lèvres claironnant tel un « cul qui nique » avec l’e dans l’o d'une accolade d’œil de bœuf, pardon de bauf. Il est vrai que le propos se situe surtout ailleurs. En lisant sous cet intertitre, on retient comment le député a dû se positionner dans sa vie privé pris entre son propre judaïsme, celui de sa mère, et le catholicisme de son père. Révélateur d’un mal être évident pour ceux balottés entre deux visions avec cette virulence à sous-entendre que les enfants hybrides nés des mariages hors des conventions sociales, comme pour les gays, seraient des bâtards. Mariton est finalement plus à plaindre vu ce qu’il a dû subir dans son enfance se positionnant, alors devenu adulte fermement, en riposte dans un paradoxe de rabbin agenouillé en curé entre deux prie-Dieu, surtout si on sait que sa femme et ses enfants sont cathos dans une religion ou l’œcuménisme, d’ailleurs, n’a rien d’universel mais sert juste les intérêts d’une seule église.

Plus bas, en continuant sa lecture sous un autre intertitre, celui de « volage » qui interpelle, il est rappelé que le député Mariton s’avère être un coureur politique flirtant avec le Front National avant de rallier Nicolas Sarkozy, débutant au centre avec un François Léotard condamné à 10 mois de prison pour blanchiment d’argent et financement occulte. Si le terme « volage » carillonne « voleur », c'est surtout l'évocation d'une connotation sexuelle que l’esprit du lecteur averti retiend et ne peut alors s’empêcher de faire des suppositions d’autant que le titre général de l’article est intitulé « Qui est vraiment Hervé Mariton ? » et que chacun sait bien que c’est celui qui crie le plus fort qui a toujours des choses à se reprocher.

Dégouté par l’hypocrisie de la mascarade d’un élu de la République, on préfère zapper et passer à la double page qui suit intitulée subtilement « Ils font ça comme ça ». Après un papier sur « Du vert pour éloigner les pervers » et un autre sur les idiomatiques du foot britanniques qui se placent hors jeu par leurs coups bas, leurs violences, et les insultes, on s’arrête sur « L’infâme publique » relatant comment en Iran un homme accusé de troubles de l’ordre public a été condamné à s’habiller en femme et défiler ainsi dans toute la ville accroché derrière une voiture de police.

Curieusement comme la ville iranienne se nomme « Marivan » qui sonne presque comme « Mariton », on ne peut s’empêcher de repenser au député chéri des pourfendeurs qui, à sa manière, trouble l’ordre public. On revient alors sur sa photo et, en l’examinant de plus près, on s’aperçoit qu’il est cuir sous son écharpe tricolore comme le motard de la pub Ducati. L’esprit s’emballe. On l’imagine décati condamné à la même peine. Qu’un tribunal populaire l’astreindrait, le 26 mai pour le dernier baroud d’honneur des antis, à s’habiller en femme, défilant en travelo barjot, telle une folle, dans les rues de Paris contre le mariage gay. L’imagination volage est d’autant plus renforcée par cet autre intertitre intitulé « Provocateur » où en dessous, au fil du verbe, on apprend encore avec stupeur comment ses collègues à l’Assemblée ont affublé Mariton du sobriquet de « Maritroll ». Un surnom qui ne s’écrit pas « Maritrolle » à la façon de « folle » comme on pourrait le croire, mais qui reprend ce mot l'argot d’internet « troll » définissant ainsi comme le précise si bien Wikipédia : « une personne qui participe à une discussion ou un débat dans le but de susciter ou nourrir artificiellement une polémique, et plus généralement de perturber l'équilibre de la communauté concernée ». Ainsi soit-elle !

 

Kävin'Ka

Tag(s) : #actualité

Partager cet article

Repost 0