Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié le 20/08/2012

 

Marie Drucker 20 h du 19 aoüt 2012 Kävin'Ka

   Le mépris se niche insidieusement où il devrait être le moins présent.  Un journal télévisé !  Le 20 heures du dimanche 19 août 2012 en fut, hélas, le déshonorant exemple. Faisant preuve d’une mauvaise foi caractérisée pour le moins scandaleuse, Marie Drucker, comme si elle crachait sur une communauté, n’a consacré montre en main que 15 secones sur la fin du Ramadan, le fête de l'Aïd-el-Fit, qui se célébrait ce jour là et qui concerne plus de cinq millions de français. Cela plus de seize minutes après le début du journal, juste après l’annonce de la candidature à la présidence de l’UMP de l’ancien ministre de l’agriculture, Bruno Lemaire, dont tout le monde se moque. Quelques images mal filmées d’un vague buffet. Minable !... Surtout Marie Drucker en associant la déclaration de François Hollande, relayée sur le net, n’a rien trouvé de mieux que de dire que cette année la fin du jeun « se fêtait surtout sur les réseaux sociaux » se moquant ouvertement de ces milliers de femmes qui, malgré la canicule et depuis plusieurs jours travaillant principalement la nuit, préparent la nourriture, les gâteaux de cette fête, cette célébration de la générosité, sorte de petit Noël pour les Musulmans. Un comble pour elle qui a reçu le Trophée de la Femme en 2007. Mais il faut dire que c’était à Courchevel !...

    S’il n’y avait que cela on pourrait lui pardonner son niveau de candide stagiaire du Figaro, ne pas exiger qu’elle rende sa carte de presse. Mais Marie Drucker a poussé le bouchon un peu loin en faisant une mauvaise tambouille dont on peut espérer qu’elle n’a pas été inspirée par le cuisinier Cyril Ligniac, ou encore Marc Lévy. Elle a osé faire un amalgame plus que douteux en faisant suivre ce sujet sur la fin du Ramadan en France par le retour en prière de Bachar el Assad dans une mosquée de Damas, accompagné d’un reportage des affrontements dans ce pays avec des images d’une extrême violence, ce qui avait pour effet de manipuler l’opinion laissant sous entendre qu’un arabe, même s’il célèbre une fête religieuse est de toute façon un dictateur ou un terroriste en puissance. C’est comme si au Parisien j’avais fait un article sur Jean-Michel Jarre posant avec des enfants et mis en dessous un papier sur un pédophile.  

    On aurait aimé que le journal de France 2, pourtant si bien tenu cet été avec Julian Bugier, consacre un vrai sujet sur la fin du Ramadan en France expliquant ce qu’est vraiment cette « petite fête » de l’Aïd comme le surnomment les musulmans en opposition à la fête de l’Aïd el Kebir, la fête du mouton, qui va avoir lieu en octobre. Quelle est l’origine du Ramadan ? Faire une comparaison avec les Juifs ou les chrétiens. On aurait aimé aussi voir vivre une famille préparer cet événement important pour l’islam. Pourquoi elle est associée à la nouvelle lune ? Voir les parents parcourir les logements pour offrir aux pauvres les gâteaux qu’ils ont préparés.  Découvrir la joie des enfants dans leurs yeux comme un soir de Noël. France 2 aurait pu, par exemple, suivre une famille d’Aulnay-sous-Bois où malgré une actualité sociale chargée avec la fermeture du site de Citroën, beaucoup ont su préparer comme il se devait ce Ramadan, oubliant la galère du chômage. Mais non, Marie Drucker a préféré consacrer un long sujet sur une autre religion via le Mont Saint Michel et le mercantilisme de ses commerçants avec un long plan séquence sur le clocher de l’abbaye. Il faut dire quand on s’appelle Marie, et qu'on est d’une autre spiritualité, on ne se refait pas.

   Avant de rendre l’antenne, on aurait pu croire que c’était  fini. Mais c’était peine perdue. Marie Drucker a encore sévi à l’occasion d’un sujet sur la canicule en nous présentant trois abrutis parlant encore du Ramadan en plus à moitié nu, ce qui est une offense pendant cette période où il est interdit de s’exhiber et d'avoir des relations sexuelles. Trois crétins contents d’avoir pu, pendant ce mois de jeun, se la couler douce en allant à Paris-Plage. Pauvre de nous. Pauvre France 2. Pauvre Marie !...

 

   Kävin’Ka  

 

Partager cet article

Repost 0