Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

poches-nutrition-nestle.jpgLe fait que le ministre de la Santé, Marisol Touraine ait refusé de donner le nom du fabriquant des poches de nutrition alimentaires incriminées dans le décès de trois nourrissons à l’hôpital de Chambéry a laissé libre cours à toutes les suppositions avec scandale entre l’industrie pharmaceutique et le pouvoir. Et on ne pouvait qu’en être inquiet surtout si l’on sait comment les laboratoires Pierre Fabre ont réussi avec leurs bénéfices sur les médicaments remboursés par l’Assurance maladie à s’introduire dans les médias achetant à une époque et avec une outrance indécente nombre de titres de la presse écrite telle La Dépêche du Midi ou encore les stations Sud Radio Smais aussi RMC.

Mais en la matière pour cette affaire tragique de Chambéry ce n’est pas un groupe pharmaceutique vu le non-dit ministériel qui s'est retrouvé dans le point de mire des conversations, mais un puissant groupe agroalimentaire  L’esprit de certains perverti par ce mensonge par ommission songèrent à Nestlé qui en tant que spécialiste depuis 140 ans de la nutrition infantile fabrique des poches alimentaires pour les hôpitaux en le commercialisant sous le nom de Sondalis géré par Nestlé Clinical Nutrition France. Et le fait que la page pour les professionnels de santé du Club Nestlé Baby  n’était, ce dimanche, plus accessible a augmenté cette suspicion engendrée par un pouvoir qui visiblement refuse de dire la vérité. Un flou d’un gravissime sans non qui, affirmeront les mécontents, se révéle être à l’image du gouvernement d’autant que les déclarations de la ministre en affirmant « qu’il n'y a plus dans les hôpitaux, de produits semblables à ceux qui ont été utilisés à Chambéry » laissent encore supposer qu’il n’y aurait pas seulement l’hôpital Chambéry concerné mais que cela pourrait être le cas sur l’ensemble du territoire.

On ne peut donc que conseiller à Marisol Touraine, outre le fait vu son statut de ministre de la Santé qu'elle pourrait aller chez le dentiste pour se refaire un bridge, qu'il serait bon ton qu'elle fasse preuve de professionnalisme en changeant son braquet d’épaule et a l'avenir donner rapidement le nom du fabriquant de lots suspects ; à la fois par respect pour les familles mais aussi disculper toute entreprise qui pourrait être l'objet des vils commérages telle la multinationale suisse Nestlé, évidemment hors de cause dans la tragédie des nourrissons, d'autant qu'elle se révèle être la première société agroalimentaite du monde dont le siège social est situé à Vevey en Suisse, non loin de Chambéry,

Kävin’Ka

.

 

 

 

.

 

 

Tag(s) : #actualité

Partager cet article

Repost 0