Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adidas site Kâvin'Ka

Si pour Noël, vous espérez faire plaisir en offrant des baskets Adidas à votre progéniture, sachez que cette marque allemande n'a plus vraiment la côte chez les ados amplifiée, hier soir au Stade de de France, par la victoire des Bleus sponsorisés par Nike. Ainsi la réflexion « Adidas c’est boloss » qu'on entend souvent à la sortie des lycées aussi bien en banlieue qu'à Janson de Sally dans le XVIe à Paris prend toute sa résonnance. Pour autant peut-on dire que ce désengouement de la célèbre marque aux trois losanges spécialisée dans les équipements de sport a commencé avec l’affaire Tapie et le scandale des millions de la commission d’arbitrage ou encore avec l'horreur dénoncée en juillet 2011 par Greenpeace sur la composition des matériaux utilisés pour la confection des articles, c'est à dire de l’éthoxylate et du nonylphénol, provoquant des perturbations hormonales ?  

Non, ce serait trop réducteur.

La déconsidération d’Adidas est plus à mettre sur le compte d'un manque d'envergure et de choix stratégiques du nouveau directeur France, Alain Pourcelot, même si depuis octobre dernier la Fédération Française de Basket est sponsorisée par la marque. Il est vrai qu’on est en droit de s’interroger sur l’efficacité du marketing sous ses ordres, surtout s’il est géré comme le site officiel du net qu’on peut affirmer être carrément à côté de ses pompes. En effet, alors que le centre d'appel est installé à Maastricht au Pays-Bas, la politique commerciale est bien loin d'être plate, mais plutôt aberrante avec l’agilité d’un panzer allemand en version stricte stylée Adolf, celui du fondateur de la marque Adolf Dassier, au lendemain de la guerre. Ainsi dans le cadre du système de paiement sécurisé, nombre de clients se voient annuler leur commande parce que leur e-mail est considéré fantaisiste et ne correspond pas au nom de la Carte Bleue employée ou bien parce qu’il n’a pas été communiqué un numéro de téléphone fixe, mais seulement un mobile. « C'est une procédure standard, une politique de protection des données personnelles, que nous utilisons pour vérifier les détails de paiement afin de protéger les clients contre les cartes volées »  essaye-t-on de se justifier très sérieusement au siège du site où on s’enorgueillit d’appliquer avec rigueur cette politique de fermeté qui, sans l’affirmer, sous-entendrait que le client d’Adidas viendrait surtout de banlieue et que, par-là, assimilé à une racaille, donc un voleur en puissance.

C'est dire la mentalité du savatier !

« Le site officiel Adidas, c’est un véritable enfer, vous commandez un article, on vous envoie un e-mail de confirmation, vous êtes content, vous attendez alors la livraison à votre domicile mais en vain car sans raison, on vous a annulé la commande sans vous prévenir ni vous envoyer le moindre mail » précise un client en colère d’autant que les sommes facturées ont été mises en réserve sur son compte bancaire lors de l’autorisation de paiement et qu’une semaine après elles restent toujours bloquées malgré la révocation de la commande. Particulièrement agacé d’avoir été ainsi berné, ce client furieux qui s'est vu ainsi résilier plusieurs fois de suite des commandes alors que les paiements étaient tout à fait en règle entre Mastercard et Paypal a décidé de porter plainte contre Adidas pour non-respect du droit élémentaire du commerce numérique.

Nombre de clients qui vont commander leurs cadeaux via le site officiel Adidas risquent donc d’attendre longtemps leur colis sous le sapin et déchanter. Pour autant, les problèmes du site officiel ne proviennent pas uniquement d'un paiement sécurisé trop strict mais on peut affirmer que le site va jusqu’à lobotomiser carrément la marque (« boloss » en verlan ) avec une politique d’annonces fracassantes de baisses des prix hors période des soldes. Ainsi dans ce qui est nommé le « shopping en coulisses », il est proposé des ristournes qui vont jusqu'à 70% où on vous fait croire que vous êtes un VIP en passant derrière le rideau rouge. C’est d’une stupidité sans nom. « Une marque si elle veut posséder un fort pouvoir ajouté ne doit jamais se brader », précise un sneaker fan de Requins ajoutant que chez Nike la seule remise accordée sur le site officiel, hors soldes légales, est juste la livraison offerte. C’est pour cela que dès qu’un nouveau modèle sort chez l'entreprise américaine, il s’arrache. Ainsi, le 2 novembre dernier, la réédition des Jordan V rétro Laney s’est liquidée en moins d’une heure sur le site officiel Nike,  

Ceci dit, ce shopping d’Adidas à 70 % serait surtout virtuel. Un vrai attrape-nigaud. « C’est un leurre car les modèles proposés avec cette ristourne ne sont pas réels ou seulement disponibles avec des pointures pour les nains ou les girafes. Ils sont mis là en appât tel des mouches pour les grenouilles afin de provoquer le désir ». Une technique commerciale bien connue des margoulins des marchés habitués à la pratique des fausses soldes et non conformes à une marque mondiale de renom.. Des mœurs d’ailleurs punis par la loi en France et que confirment implicitement les télés-opérateurs du site web à Maastricht si on veut passer avec eux une commande en direct. « Désolé, nous n’avons pas accès à ces coulisses et on ne peut pas vous en faire profiter... ». Quel aveu !... S'ils n’y ont pas accès, c’est qu’elles n’existent pas....

 

 Kävin’Ka    


 

 

Tag(s) : #actualité

Partager cet article

Repost 0