Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Kävin'Ka...

Tel un jeu de cartes truqué, seul cinq candidats étaient proposés aux votes des passants avec, comme par hasard, Macron au milieu

Tel un jeu de cartes truqué, seul cinq candidats étaient proposés aux votes des passants avec, comme par hasard, Macron au milieu

Un vrai scandale. Les petits candidats à la présidentielle 2017 sont décidément systématiquement écartés des médias. Un reportage sur  France 2 de la journaliste Anaïs Bard les a encore une fois éliminés d'emblée. C'était au 13 heures, ce jeudi, dans le cadre d'une grande enquête sur "L'enjeu du pouvoir d'achat dans la campagne". La spécialiste des infos génés se baladait dans les supermarchés, le tramway, pour demander aux passants quel candidat serait le plus à même de défendre le pouvoir d'achat proposant alors à chacun de le choisir sur des photos qu'elle présentait comme un jeu de cartes, et les millions de téléspectateurs de constater avec effarement qu'il n'y avait pas les onze candidats officiels, mais simplement cinq en la circonstance par ordre alphabétique : François Fillon, Benoit Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon. Les six autres (Nathalie Arthaud, François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Cheminade, Jean Lassalle et Philippe Poutou) étaient carrément blackboulés. Une nouvelle trappe pour eux dans les médias. Pourquoi cette sélection ? De quel droit Anaïs Bard a-t-elle éliminé les petits candidats surtout sur le service public ? Est-ce une initiative personnelle d'une godiche de l'info ou l'a-t-elle fait sous les directives de la rédaction en chef afin de satisfaire une lubie de Marie-Sophie Lacarrau, la présentatrice du 13 heures qui n'est visiblement pas à la hauteur d'Elise Lucet qu'elle a remplacée ?  Un caprice afin que le choix proposé coïncide avec le sondage diffusé ensuite sur le futur président le plus à même à défendre le pouvoir d'achat (Mélenchon en tête avec 43 % des votes) et qui ne retenait également que les cinq premiers. Pour le débat de TF1, on peut admettre que seuls cinq candidats aient été retenus pour des histoires de longueur, mais là pour le jeu de cartes d'Anaïs Bard, on se demande franchement en quoi cela aurait changé la donne et la teneur du reportage. Cette vieille dame interrogée dans le tramway aurait peut-être voulu choisir un autre candidat que ceux qu'on lui pointait sous le nez avec insistance. Mais non. Quelle balourdise. Et quand on sait qu'Anaïs Bard fait ses reportages en passant des petites annonce sur les réseaux sociaux, comme en 2013 où elle recherchait des étudiants en psychologie sur Facebook, on peut légitimement s'interroger sur son sérieux. Et cette fois pour cette nouvelle enquête, elle a surtout fait preuve d'un manque certain du respect du principe de pluralité que se doit d'avoir tout collaborateur d'une chaîne publique. Visiblement, elle n'a pas observé le principe d'équité d'autant que la  multiplication de ce genre de parti pris influence à la longue le résultat des scrutins. "Vous pensiez voter librement ? Et non: les médias votent pour vous ! " explique ainsi Mediapart, le site d'infos qui a consacré en 2015 une grande enquête sur l'incroyable corrélation entre le temps de médiatisation et le résultat aux élections. Et quand on s'aperçoit en plus qu'Anaïs Bard  dans son  jeu de cartes truqué, au lieu de mettre chacun par ordre alphabétique a choisi de placer au milieu celui de Macron allant même devant une caissière d'un aquarium géant s'arrêter légèrement sur lui, le décalant délicatement afin d'influencer son choix comme dans un mauvais tour de magie, et la caméra ensuite de cacher Fillon et Marine pour ne laisser que Macron au premier plan, on ne peut pas s'empêcher de penser que France 2 à tous les niveaux roule bel et bien pour le candidat ''En marche" comme l'a souligné la veille sur la même chaîne Marine Le Pen dans "L'Entretien politique" avec David Pujadas rappelant l'amitié qui existe entre la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, et  Emmanuel Macron, dénonçant par la même les "méthodes de voyous" de la chaîne publique.

 

 

 

 

Tag(s) : #politique, #France 2, #13 heures France 2, #Anaïs Bard, #Marie-Sophie Lacarrau, #Elise Lucet, #David Pujadas, #Delphine Ermotte, #France Télévisions, #François Fillon, #Marine Le Pen, #Emmanuel Macron, #Jean-Luc Mélenchon, #Nathalie Arthaud, #François Asselineau, #Nicolas Dupont-Aignan, #Jacques Cheminade, #Jean Lassalle, #Philippe Poutou, #Benoit Hamon

Partager cet article

Repost 0