Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Kävin'Ka....

François Fillon et le cabinet noir _Bienvenue place Beauvau

 

Malgré les démentis des auteurs, l'existence  d'un "cabinet noir" de Hollande qui aurait pu organiser les fuites dans la presse des emplois présumés fictifs de François Fillon est bel et bien évoqué dans "Bienvenue Place Beauvau, Police: les secrets inavouables d'un quinquennat", livre cité jeudi soir par Fillon sur France 2 dans "L'Émission Politique" provoquant une vaste polémique. Certes, ce n'est pas dit textuellement, mais au fil des pages on comprend que Hollande est à l'origine de nombre d'affaires contre le camp adverse.  Le livre démontre scrupuleusement le système de remontées d'informations qui permet à l'Elysée de suivrre de très près et influencer de fait les affaires judiciaires en cours surtout celles d'hommes politiques tel Nicolas Sarkozy. Et alors que ces remontées d'information concernent aussi Manuel Valls, il est tout à fait logique qu'elles aient catéchiser les déboires actuels de François Fillon accusé d'emplois fictifs. "On cherchait un cabinet noir, on l'a trouvé, en tout cas, à travers ces allégations", a précisé sur France 2 le candidat à la présidentielle ajoutant que "François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau, ce qui est d'une illégalité totale".  Pourtant en ouvrant le parapluie en vrais faux culs, les trois auteurs, Didier Hassoux, Christophe Labbé et Olivia Recasens, d'affimer et de le répéter dans nombre de médias le lendemain du France 2 que " le supposé cabinet noir de l'Elysée n'est pour rien " dans l'affaire Fillon. Sans doute si pour l'ensemble du livre l'enquête est fouillée,  par contre pour le "Pénélopegate", c'est du vite-fait. On sent que quelques phrases ont juste été rajoutées avant l'impression pour coller à l'actualité, mais que finalement les auteurs  n'ont en aucun cas véritablement creusé  cette affaire d'autant que cela mettraient à mal leurs confrères du "Canard Enchainé". 

Quoiqu'il en soit "Bienvenue Place Beauvau" démontre avec minutie comment 'un système de remontées d'infos  permet  à l'Elysée de se tenir au courant des affaires citant surtout Sarkoxy dans l'oeil du cyclone. Ainsi, comme on peut le lire pages 16 et 17, et non 13 et 14 comme l'a écrit par erreur "Le Parisien" sans même vérifier sur le livre pourtant en vente à la FNAC depuis mercredi, les trois journalistes expliquent le mécanisme consacrant juste un court passage au Pénélopegate:  "Depuis l'arrivée de Hollande au pouvoir, c'est comme si une malédiction judiciaire s'était abattue sur son prédécesseur. En 2017, cinq ans après sa défaite électorale, ce ne sont pas moins de treize affaires judiciaires qui empoisonnent Nicolas Sarkozy ou son entourage. Au point que les sarkozystes, prompts à s'afficher en victimes, y voient la main d'un cabinet noir. Celui qu'il désignait comme son collaborateur lui donne bien involontairement raison. François Fillon déjeune le 24 juin 2014 avec son ancien ministre recyclé secrétaire général de l’Élysée. Aussitôt sorti de table, Jean-Pierre Jouyet fait le récit de ses agapes à son ami de toujours François Hollande. Fillon lui aurait demandé d'accélérer les procédures judiciaires impliquant son rival des Républicains. L'ex-Premier ministre dément, sitôt cet épisode rendu public par le Monde. Il attaque même le quotidien et ses journalistes en diffamation. Il se fait débouter par deux fois. Les sarkozistes du premier cercle sont persuadés de la véracité de l'épisode. D'autant qu'il accrédite l'idée d'un complot ourdi contre eux en haut lieu. Près de trois ans plus tard les mêmes rient sous cape lorsqu'ils découvrent que le candidat à la présidentielle n'est pas le père vertu qu'il prétend. Le scandale du "Pénélopegate" vient d'éclater et le Parquet National Financier a diligenté à la lecture de l'hebdomadaire satirique paraissant le mercredi, une enquête sur l'emploi fictid de Madame Fillon comme attachée parlementaire de son mari. Mais cette fois, le supposé cabinet noir n'y est pour rien. ..". Les auteurs reconnaissent donc que ce cabinet noir existe bien sinon pourquoi avec utilisé l'expression "cette fois"et non.pas "encore" ou "à nouveau".Et cela trahit leur conviction. Ils sont persuadés que ce cabinet noir de Hollande existe bien mais ils ne peuvent en appoter la preuve. De surcroit, quelques pages plus loin, dans le bas de la 23 et en haut de la  24, il est alors ajouté: "Le retour aux affaires des chiraquiens nourrit bien évidemment le soupçon sarkozyste de l'existence d''un cabinet noir. Il n'est pas possible d'en apporter la preuve formelle comme il n'est pas possible de prouver le contraire".  On comprend que Fillon ait demandé  une enquête. 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Tag(s) : #politique, #François Fillon, #Cabinet Noir, #Bienvenue place Beauvau, #France 2, #Actualités

Partager cet article

Repost 0