Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Kävin'Ka...

 

Algérie, Macron y boit du Sprite sa mère

Pour les présidentielles 2017, le candidat Emmanuel Macron boit-il "du Sprite sa mère", comme on raconte en banlieue surtout depuis ses déclarations inappropriées en Algérie ? Une manière de souligner qu'il est pétillant d'apparence mais avec un cerveau rempli de bulles sans grande réflexion. Sans aucun doute, en pleine révolte de l'affaire Théo alors que 37% des jeunes issus de l'immigration ne se sentent pas français, il a jeté de l'huile sur le feu déclarant lors d'un interview avec la télé algérienne Euchoruk News, que la France avec la colonisation était coupable de "crimes contre l'humanité" et avait fait preuve d'une "vraie barbarie". Etait-ce vraiment le moment de rappeler les heures sombres de l'histoire de notre pays jusqu'à l'indépendance de l'Algérie alors qu'aujourd'hui il y a tant de ressentiment contre la France de toute une population surtout musulmane stigmatisée par un racisme larvé encouragé par certains politiques et pas seulement d'extrême droite ? Visiblement, Emmanuel Macron a montré ses limites de rassembleur et qu'il n'avait pas la hauteur d'esprit d'un chef d'Etat. Qu'il est allé comme tous les autres à la pêche aux voies en Algérie, sans vraiment réfléchir à ce qu'il raconte attisant les haines, froissant également les plus de 3 millions de "pieds noirs" furieux d'êtres assimilés à des nazis provoquant un tollé général. Macron ne serait-il alors qu'une illusion marketing, comme le Sprite, cette boisson gazeuse à base de citron et de limonade distribuée par Coca-Cola ?

Algérie, Macron y boit du Sprite sa mère

A la vue de ce dérapage, on comprend mieux pourquoi, l'ex ministre des finances est avare d'idées personnelles percutantes qui fassent rêver les Français sur un changement de société. On comprend mieux aussi ses difficultés à élaborer tout seul son programme, comme d'autres, mais a été obligé de faire plancher quatre cent experts sous la direction de l’économiste Jean Pisani-Ferry. A charge ensuite pour lui de choisir les meilleures mesures parmi les trois cents proposées mais que les électeurs attendent toujours. S'il gouverne ainsi, cela promet d'autant que les experts n'arrivent pas à se mettre d'accord pour concevoir convenablement ce programme d'où le retard provoquant cette rengaine : "Macron, c'est le candidat sans programme". Une antienne peu adéquate dans la liturgie de l'élection présidentielle et, malgré la bonne volonté du mouvement "En Marche" qui soutient Macron, elle amplifie de fait cette autre expression récurrente dans le discours politique "quand c'est flou, il y a un loup", semblant de fait bien adaptée au candidat qui pétille trop. En plus, son slogan "ni de droite, ni de gauche" trahit finalement un manque d'engagement, une mollesse d'esprit, des jugements jusque-là chuchotés mais qui résonnent de plus en plus malgré le tam-tam des médias pour promouvoir Macron, bien que le quotidien Le Parisien dans son édition du 11 février 2017 s'est carrément moqué de lui ouvrant sa page politique sur six colonnes avec une photo de Reuters montrant le candidat au milieu des soldes, ,comme un vulgaire produit ménager, rendant dérisoire le titre "Révolution" de son livre qu'il dédicaçait aux clients de ce centre commercial à la périphérie de Tours. Une préfiguration d'une nouvelle "glorieuse" ratée... Et certains d'affirmer que le "produit" en définitive formé par François Hollande a sûrement emprunté une partie des manies du Président. On se souvient encore du surnom de "petit marquis" lancé en son temps par Laurent Fabius ou encore "Brutus" lâché par Jean-Chritophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, en référence à ce sénateur romain qui a assassiné Jules César évoquant comment Hollande a saboté la candidature de Ségolène Royal en 2007 et comment Macron a trahi Hollande à son tour. Et l'expression qui le désigne maintenant "Macron y boit du Sprite sa mère" montre bien qu'on peut se lever un temps pour la Danette de Flanby mais qu'elle ne rassasie pas vraiment et devient même écoeurante vu ses déclarations en Algérie. En plus, l'expression prend toute sa saveur quand on sait qu'il s'agit d'un détournement du langage imagé d'un gamin de cité "Hé vos daronnes y boivent du Sprite sa mère" lancé contre des policiers pour leur crier qu'ils ont le cerveau plein de bulles. C'était début janvier 2017 aux Mureaux (Yvelines) lors d'un tournage non autorisé d’un clip pour le rappeur Sofiane et qui a dégénéré en émeute...

 

 

 

Tag(s) : #politique

Partager cet article

Repost 0