Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Kävin'Ka...

Centre SDF du 16e à Paris, la construction est presque terminée...

Bafouant la protestation du maire républicain Claude Goasguen et de plus de 40.000 riverains, la construction du très controversé centre d’hébergement d’urgence du 16ème pour SDF, imposé par les socialistes, est presque terminée. La plupart des baraquements en bois ont été érigés à l'orée du Bois de Boulogne, Porte de Passy, conformes aux vues numériques présentées à la presse. Il ne manque plus que les finitions. Il faut dire que les travaux sont menés à grand train pour une inauguration à la rentrée comme prévu. Les ouvriers travaillent même la nuit au grand dam des riverains qui se plaignent du bruit et appellent la police. "On ne peut rien faire, ils ont le droit ayant une dérogation spéciale de la Mairie de Paris pour chantier de nuit", leur rétorque-t-on. Ce qui fait bondir encore plus la colère des riverains. "La reine de Saba se croit tout permis", explique une femme d'un certain âge aux cheveux blonds colorés parlant en termes peu flatteurs d'Anne Hidalgo, la maire de Paris socialiste si proche de François Hollande,  à l'origine du projet de ce centre d'urgence bâti sans aucune concertation, au mépris des règles strictes d'urbanisme du Bois de Boulogne. Cette riveraine qui discute avec une de ses amies sur le trottoir est d'autant plus en colère qu'elle affirme que les logements des immeubles cossus et proches du centre d'urgence ont perdu près de 30% de leur valeur dans ce très chic quartier de Paris."Personne ne voudra acheter un appartement avec un voisinage pareil', explique-t-elle montrant du bout des doigts les baraquements en construction et qui vont accueillir plus de 200 SDF. "La moitié sera des sans-logis isolés et l’autre moitié des familles, nous estimons qu’il y aura 130 adultes et 70 enfants..." a précisé le président du Samu social de Paris, Eric Pliez, au quotidien Le Parisien ne s'indignant même pas que ces logements provisoires ressemblent surtout à un empilement de cages à lapins.  "Comment peut-on loger des humains dans cet ersatz de clapiers", remarque à juste titre une infirmière de Tours et mère de famille en ayant vu les photos publiées sur Facebook et qui comprend pourquoi plus de 40.000 riverains ont signé une pétition de désaprobation au projet surtout qu'aucun commerce ne se trouve à proximité. Les résidents du centre d'urgence devront faire plus de deux kilomètres pour aller acheter la moindre baguette et vu les prix pratiqués par les commerçants de la Muette et de Passy, c'est sûr qu'ils n'auront pas grand chose à manger"Il parait qu'on leur servira des plateaux repas", précise une autre riveraine. 

 

Situé exactement allée des Fortifications, à l'intersection avec l'avenue d'Ingres, ce centre d'urgence est financé par l’Etat (4 millions d’euros) et par la Ville de Paris (800.000 euros), ce qui représente une dépense de près de 25;000 euros par SDF, en pure perte d'ailleurs car la pérennité de ce centre n'est que de quelques années. Le projet a été approuvé en décembre dernier par le Conseil de Paris soutenu surtout par Ian Brossat, l'adjoint au maire communiste chargé du logement et de l'hébergement. Les riverains très remontés contre cette installation ont alors fortement manifesté leur désaccord lors d'une réunion publique d'information à la mairie de 16ème arrondissement en présence du soutien de Claude Goasguen, le député-maire de l'arrondissement. La colère était telle avec porte enfoncée que la réunion a dû être écourtée pour éviter qu'elle ne dégénère. Les syndicats de copropriété de plusieurs immeubles voisins, et la Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne, ont alors saisi la justice le vendredi 22 avril, mais le juge des référés a considéré que la construction de ce centre n’entraînerait « aucune modification significative du site classé » retenant carrément « l’importance de l’intérêt public poursuivi par le projet ». On croit rêver !... Le juge ne s'est sûrement pas déplacé pour voir comment ce "futur Sangatte" allait dénaturer le site. Outre le fait qu'il coupe carrément la circulation allée des Fortifications, chaque passant peut se rendre compte lui-même de l'incongruité d'un centre d'hébergement à un tel endroit accolé carrément au bois de Boulogne d'autant qu'il est en contradiction complète avec le règlement des jardins et Bois de la Ville de Paris qui interdit une telle construction selon l’article 3 de ce dit règlement : « Les activités de nature à troubler la jouissance paisible des sites, à portée atteinte à la tranquillité et à la sécurité du public, à causer des dégradations aux plantations, ouvrages et aux immeubles bordants certains espaces verts à générer des pollutions diverses sont interdites...". Mais la Mairie de Paris gérée par Anne Hidalgo, qui a dû couper des arbres centenaires pour installer ce centre d'urgence dans le 16e, ne sait visiblement pas lire... 

Centre SDF du 16e à Paris, la construction est presque terminée...
Centre SDF du 16e à Paris, la construction est presque terminée...
Centre SDF du 16e à Paris, la construction est presque terminée...
Centre SDF du 16e à Paris, la construction est presque terminée...
Centre SDF du 16e à Paris, la construction est presque terminée...
Centre SDF du 16e à Paris, la construction est presque terminée...
Tag(s) : #Société, #Centre d'Urgence SDF Paris, #Mairie de Paris; Samu Social, #Anne Hidalgo, #Ian Brossat, #Claude Goasguen

Partager cet article

Repost 0