Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Kävin'Ka...

Les insectes et les rongeurs sont aux anges...
Les insectes et les rongeurs sont aux anges...

Nexity, la société immobilière dirigée par Alain Dinin et ami de Claude Bartolone, bafoue les règles sanitaires départementales. Ainsi, à sa résidence Studea de Saint-Ouen-sur-Seine dans le 93, les bennes à ordures ménagères sont carrément à l’air libre alors que la réglementation exige que dans un immeuble en copropriété les déchets ménagers soient impérativement entreposés dans un local clos et ventilé pour empêcher l’intrusion des insectes et des rongeurs. Mais Nexity ne semble guère s’en soucier, tout comme le tri sélectif. Légitimement, on peut se demander pourquoi ces bennes, qui en plus ne sont même pas fermées, sont rangées ainsi en permanence à l’extérieur ? Tout simplement parce que l'intelligence des gestionnaires a condamné le local poubelle que les étudiants avaient squatté n’ayant pas d’autre endroit pour boire et écouter de la musique, la cafétéria qui leur est pourtant dévolue ayant été fermée pour servir de débarras. Un vrai scandale de gestion ! N’ayant pas accès à la cafétéria, les étudiants pour décompresser en fin de journée ont donc trouvé refuge dans la petite enceinte de l’entrée extérieure annexant par là-même le local poubelle. Un attroupement d’ailleurs qui n’est pas sans poser de nombreux troubles du voisinage. « C’est infernal, avec leur musique, c’est un vrai souk » explique une voisine excédée qui a l’impression que les jeunes vont l’agresser quand elle passe devant eux alors qu’ils ne sont guère méchants, juste bruyants. D’autres pensent qu’un trafic de drogue y est organisé et appellent sans cesse la police qui continuellement fait des rondes et contrôle chacun afin de les disperser. « Ce n’est pas normal que la cafétéria soit fermée, alors que dans les autres résidences Studea ce n’est pas le cas, à Sèvres il y a même une salle de sport…, » s’insurge un locataire d’origine antillaise qui estime qu’une discrimination raciste et larvée empoisonne la vie collective, la résidence de Saint-Ouen accueillant nombre d’étudiants et jeunes travailleurs de couleur, mais aussi quelques familles en situation précaires et logées en urgence par la préfecture, ou des associations.

La gestion peu hygiénique des poubelles n’est pas le seul souci de cette résidence Studea située au 4 rue Aymé Césaire à Saint-Ouen-sur-Seine. Dans les parties communes, la moquette est d’une incroyable saleté faisant le bonheur des cafards qui prolifèrent, de nombreuses pannes de courant et des dégâts des eaux bloquent continuellement les ascenseurs. Chaque matin, il n’est pas rare d’assister à un étrange ballet du service d’entretien qui dépose sur le trottoir les objets encombrants, tels les matelas usagés, en infraction totale avec la réglementation municipale qui n’autorise leur dépôt que le dimanche à partir de 18 heures. Les étudiants de passage qui ont loué un studio au mois alléchés par le site web sont d’ailleurs choqués par cette situation, le virtuel ne correspondant guère à la réalité, d’autant qu’ils s’attendaient, eux aussi, à pouvoir bénéficier de la cafétéria mise en avant dans la galerie de photos et vidéos. Mais, hélas, la porte est bel et bien cadenassée et, à travers les vitres, ils peuvent que constater avec effarement que les chaises et les tables ont été poussées pour laisser place à des cadavres de clic-clacs ou de réfrigérateurs au milieu d’un empilage de matelas en attente d’attribution.

Les étudiants de passage, surtout anglo-saxons, sont principalement cantonnés au rez-de-chaussée ou la moquette sale a été arrachée et remplacée par un carrelage plus sain. « Il ne faut surtout pas qu’ils montent dans les étages, ils seraient horrifiés par ce qu’ils découvriraient », confie une autre locataire. Ils risqueraient surtout d’assister à des scènes pour le moins curieuses, telle cette bagarre entre l’un des gestionnaires, un certain Tiago, frappant un locataire qui protestait fermement car cela faisait deux ans qu’il attendait qu’on lui change sa plaque chauffante cassée. Le gestionnaire en question d’origine portugaise n’avait pas apprécié qu’on lui manque de respect voulant imposer son pouvoir par la force, lui qui, avec les autres gestionnaires Angèle Oussou et Tarek El Harrouchi, s'évertue à scruter minutieusement chaque jour les déplacements enregistrés des locataires avec un système vidéo illégal. En effet, par respect pour la vie privée, la loi interdit tout système de vidéosurveillance à l'intérieur des immeubles d'habitation et de façon spécifiques dans leurs entrées. « Je déconseille toute personne qui est gay de vouloir habiter cette résidence car sa vie privée sera honteusement bafouée, précise un ancien journaliste du Parisien.qui a vécu un an dans cette résidence qu'il croyait pratique et moderne. «Si toutes les résidences Studea sont équipées d'un tel système de surveillance, c'est un vrai scandale de société et les responsables méritent de finir derrière les barreaux comme de vulgaires voyous, ajoute ce journaliste qui, d'ailleurs, n'a pas donné suite à son projet d'achat d'un appartement neuf dans le programme Nexity des Docks de Saint-Ouen. « Si la gestion est à l'avenant de celle de Studea, je préfère franchement y renoncer pour ne pas me retrouver dans des galères de vie collective inacceptables mêlées aux insalubrités et malfaçons... ».

Les passants ont l'impression d'être devant une déchetterrie

Les passants ont l'impression d'être devant une déchetterrie

Le local poubelle a été condamné parce que cafétéria sert de débarras

Le local poubelle a été condamné parce que cafétéria sert de débarras

La cafétéria telle qu'elle est vantée sur internet. Un vrai leurre comme tous les programmes Nexity ?

La cafétéria telle qu'elle est vantée sur internet. Un vrai leurre comme tous les programmes Nexity ?

Tag(s) : #société

Partager cet article

Repost 0