Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Kävin'Ka...

La GG utilise surtout la brosse à reluire...

La journaliste Françoise Degois a encore en fois stigmatisé le voile sur RMC sans envisager que son port est surtout une question d’hygiène bien avant la religion. Qu’entre la pollution et la perte quotidienne de cheveux, qui naturellement se régénèrent, il est plutôt conseillé de mettre un fichu sur sa chevelure. Mais il est vrai qu’avec sa longue tignasse filasse de fausse blonde contreplaquée laquée, Françoise Degois semble se contreficher du respect des autres et d’elle-même. D’autant que cette journaliste faisant fi de la déontologie du métier, à défaut de peigne, utilise plus souvent la brosse à reluire vers les socialistes. Après avoir été dix ans journaliste à France Inter numéro deux du service politique, elle est devenue conseillère spéciale de Ségolène Royal puis de Guillaume Garot lorsque celui-ci était ministre délégué à l’Agroalimentaire. Cette année, Degois a même signé un documentaire sur la ministre de l'Education,Najat Vallaud-Belkacem, intitulé « La discrète ambitieuse ».

Participante particulièrement active de l'émission Les Grandes Gueules sur RMC, ce jeudi 3 mars 2016, Françoise Degois s’en prenait à H&M, la chaîne suédoise de prêt à porter qui fait une ode à la diversité revendiquant une mode tolérante et adaptée aux envies de chacun. Elle commentait ainsi la polémique levée par la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, sur la « mode islamique » jugeant chez Bourdin-Direct « irresponsables » les marques qui ont investi ce marché non sans avoir traité de « nègres », les noirs américains. Dans sa deuxième collection « denim », placée sous le signe du recyclage et de l'éco-responsabilité, H&M, avait fait apparaître en septembre dernier dans son catalogue pour la première fois une femme voilée, le mannequin Maria Idrissi, posant coiffée d’une étole aux motifs rappelant un keffieh, porté élégamment  sur un manteau rose, jupe longue noir, le regard voilé de grosses lunettes rondes. Et la brosse à reluire des femmes socialistes qu’est Degois de répéter comme un perroquet ce curieux chant du Rossignol ;: «D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si à la fin des années 60, quand les femmes accèdent à plus de droits, les jupes raccourcissent…». Un raccourci plus que douteux, tout comme le manque d’hygiène d'une brosse à reluire…

 Grandes Gueules  RMC, Françoise Degois est-elle crade ?
Tag(s) : #société

Partager cet article

Repost 0