Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Kävin'Ka...

Et surtout pas à un couple gay, l'enfance n'étant qu'une question de femmes pour Laurence Rossignol.
Et surtout pas à un couple gay, l'enfance n'étant qu'une question de femmes pour Laurence Rossignol.

La pétroleuse du MLF des années 70, Laurence Rossignol, nouvellement nommée ministre des Droits des femmes à la Famille et à l'Enfance, a réaffirmé chez Bourdin Direct sur RMC BFM-TV que "les enfants n'appartiennent pas aux parents", une opinion controversée qui avait déjà provoqué une vive polémique avec de nombreuses protestations sur la toile et une pétition du collectif Civitas. La rumeur avait été amplifiée par le fait que cette première déclaration, le 5 avril 2013 sur France 2 dans l'émission "Ce soir (ou jamais !)", avait été amplifiée par une déduction logique "s'ils n'appartiennent pas aux parents, c'est qu'ils appartiennent à l'Etat...", ce que conteste avoir dit Laurence Rossignol menaçant même tous ceux qui lui attribueront ces propos de les poursuivre en diffamation. Mais, il est vrai que ses allégations chez Taddeî étaient pour le moins confuses dans un débat consacré à la laïcité. ""La laïcité, c'est ce qui protège l'enfant et garantit aux enfants les mêmes droits et l'accès aux mêmes valeurs, déclara-t-elle. Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents. Donc la République doit leur offrir (...). Chaque enfant doit pouvoir accéder à des lieux qui lui permettront lui-même, ensuite, de faire son choix. C'est le cadre de l'école publique...".

Ce vendredi matin chez le godillot de l'info qu'est Jean-Jacques Bourdin, la nouvelle ministre s'est en tout cas montrée tout autant alambiquée dans sa pensée affirmant que l'enfance, comme dans l'intitulé sexiste de son ministère, ne pouvait être qu'une question de femmes, ce qui est un comble et pour le moins un peu réducteur voire singulier si on considère la part grandissante d'enfants vivant en monoparentalité masculine ou élevés par un couple homo.

"Je vais continuer à être une féministe avec une vision moderne de la famille et des enjeux pour les femmes", ajouta ainsi l'ex-militante de l'IVG crachant par la même tel un mauvais chant du rossignol sur toutes ces familles qui ne sont pas dans la norme. D'ailleurs, parmi les enjeux de Laurence Rossignol on retrouve encore cette affirmation ubuesque parlant "d'abolition" de la prostitution, comme si on pouvait "supprimer" (la vraie signification d'abolir) le plus vieux métier du monde, à défaut peut-être l'interdire mais il aurait fallu pour cela employer un autre mot, celui de "prohibition", ce qui serait plus conforme. "Je suis toujours pour l'abolition de la prostitution, j'étais une des premières à la défendre", déclara alors la ministre ajoutant que le prostitution était un "obstacle entre l'égalité des femmes et des hommes", sans même se demander s'il existait une quelconque prostitution masculine et si les tapineuses brésiliennes du bois de Boulogne étaient de vraies femmes....

"J'ai envie que la famille cesse d'être un sujet de polémique politique", expliqua encore Laurence Rossignol avec la conviction d'un journaliste de la CGT qu'elle fut se fourvoyant par là-même aux question du Bourdin dans un extravagant méli-mélo sur la dépénalisation du cannabis commentant les positions pro-cannabis de son nouveau collègue au gouvernement Jean-Michel Baylet nommé ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales. "Aucun débat n'est interdit surtout quand il concerne la santé publique, ajouta-t-elle. Comment met-on en place la politique de santé publique la plus efficace pour que des gamins de 13-14 ans ne commencent pas à se retourner la tête en fumant du cannabis et comment l'économie souterraine et le trafic dans les cités peuvent être à terme éteints ?...". Un vaste sujet qui préfigure de nouvelles polémiques qui sans aucun doute, après le mariage pour tous, vont enflammer les Français surtout si l'ont sait que Manuel Valls qui, jusque-là y était opposé, a affirmé le contraire début janvier précisant à un journal belge qu'il souhaite que la France réalise un projet de loi visant "à la légalisation du cannabis et la dépénalisation du consommateur avant 2017". Cela promet !...

Tag(s) : #Société, #people, #politique

Partager cet article

Repost 0