Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peter Pan 2015
Peter Pan 2015

« Un artiste qui ne se renouvelle pas meurt inévitablement » raconte le plasticien parisien Gilles Ouaki. Et il le prouve. Alors qu’on aurait pu croire qu’il surfe encore sur la vague des cadenas du Pont des Arts qu’il a « lockés » sur tableau avant qu’ils soient déménagés, il change carrément son fusil d’épaule avec une autre approche artistique. Son nouveau thème est ainsi l’ADN comme il l’a confié en aparté lors d’un diner non loin de la rue du Sergent Maginot à Paris chez sir Claude. Il est vrai que les structures de l’acide désoxyribonucléique avec ses brins enroulés l'un autour de l'autre pour former une double hélice peuvent inspirer par leur complexité surtout si on les déstructure et Ouaki en avait fait une sorte de prélude avec son tableau ‘Ile Au Challand’ en compagnie d’un graphiste urbain. Toutefois, ce n’est pas cette démarche qui lui tient cœur, mais plutôt l’analyse clinique de la prise des empreintes génétiques dont on imagine l’utilisation qui aurait pu être faite à une autre époque sur la diaspora humaine. Avec une approche anatomique comme dans sa série « Peter Pan » sur les instruments de chirurgie, Ouaki veut ainsi saisir l’instant clef où finalement l’homme est destitué de son identité sachant que ses gènes vont entrer dans un fichier automatisé dont on ne sait pas quelle utilisation pourra être faite. Pour cela, il a choisi de prendre l’ADN de personnalités en se consacrant d’abord à celles du monde des arts avant d’élargir son tour d’horizon à d’autres. Et si les images sont aussi poignantes que celles de son « Panic Bag » où il a saisi les premières convulsions d’une asphyxie dans un jeu du sac d’ado, cela promet.

Kävin’Ka

Ile au challand

Ile au challand

Tag(s) : #art contemporain, #gilles ouaki, #cadenas Pont des Arts, #Peter Pan, #Ile au Challand, #identité génétique, #diaspora humaine, #panic bag

Partager cet article

Repost 0