Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La rafle du Vel d'Hiv
La rafle du Vel d'Hiv

Deux des quatre grandes figures de la résistance qui entrent demain au Panthéon, Pierre Brossolette et Jean Zay, ont dû aujourd’hui se retourner dans leur tombe lors de la traversée de la capitale de leur corbillard. Ce n’est pas la Garde Républicaine qui les escortait qui n’était pas dans la bon ton, ni l’accueil des parisiens, mais le « Chant des Partisans » entonné lors des premières cérémonies. Certes, les notes n’étaient pas fausses, mais il était accompagné par la Musique des gardiens de la paix et cela avait un relent d’indécence surtout quand on sait comment le corps de la police française s’est si mal comporté pendant l’occupation sous les ordres du régime de Vichy. Alors, quand certains parisiens ont entendu cet ensemble musical de la Préfecture de Police soutenir les émouvantes paroles de l’hymne de la Résistance « Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu´on enchaîne ? » ils ne pouvaient s’empêcher de songer comment la complicité de la police française fut si active pour réprimer les résistants qu’ils soient gaullistes ou communistes et dont la collaboration fut si décisive pour la mise en œuvre de la « Solution Finale » se chargeant avec zèle du recensement des juifs et de leur arrestation lors de la rafle du Vel d’Hiv. L’ensemble avait donc un goût amer tout comme ce tapage médiatique sur les panthéonisés et on comprend mieux que sur les quatre cercueils deux ne contiennent que de la terre. Les familles de Germaine Tillion et de Geneviève de Gaulle-Anthonioz n'ayant pas souhaité que les corps soient déplacés.

Kävin’Ka

Partager cet article

Repost 0