Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si le dessin semble anodin, celui de la dernière Une de Charlie Hebdo, représentant le prophète Mahomet qui exprime un pardon, il faut savoir que cette caricature est particulièrement perverse avec un double sens, pardon un triple sens, qui n'échappe pas à ceux qui ont l'esprit vif.

En effet, ce n'est pas deux bites, comme certains l'ont déjà remarqué mais trois bites, trois phallus, qui ont été cachés dans le dessin du prophète tels des messages subliminaux au niveau des consciences. Autres formes de versets.

Le premier est évident. Les deux couilles sont sur la tête avec le turban, le membre en érection étant évoqué par le visage. Un pénis proéminent qui, avec la barbe dessinée au menton, semble être en feu. Quand on retourne la caricature, cela saute aux yeux.

Le deuxième est, lui aussi, toujours figuré avec le turban, la verge étant représentée par le bout d'écharpe mal noué qui dépasse sur la gauche et coupé net comme circoncis. Quand on sait qu'un " nœud " est un mot d'argot signifiant le sexe masculin, on reste sans voix.

Le troisième, enfin, est plus subtil. Les yeux en forme de boules figurent bien les testicules, le nez allongé symbolisant, lui, le pénis et dessiné (est-ce un hasard ?) comme pénétrant dans la bouche en position de cunnilingus (une pipe si vous ne comprenez-pas le mot). Luz a-t-il voulu dire que la fellation était la sublimation, l'orgasme du pardon ? Et si l'on y regarde encore plus, la bouche (même si les lèvres sont dans le mauvais sens) peut également suggérer une chatte avec la moustache faisant office de touffe noire tandis que la mouche sous la lèvre inférieure rappelle un maillot bien épilé. Quant à la larme, qu'évoque-t-elle ? L'éjaculation ?

C'est cela, la liberté d'expression ?

Pauvre France.

Kävin'Ka

Charlie Hebdo : trois bites dans la caricature de Mahomet

Partager cet article

Repost 0